Ofuda, la collection de Bernard Frank フランク教授のお札データベースへ

Aizen-myôô (le roi de Science Râga ; sk. Râga-râja) 愛染明王

Présentation de la base ofuda

Cette base de données regroupe des amulettes et des talismans figurant des personnages saints et des divinités vénérés dans des temples bouddhiques et des sanctuaires shintô du Japon. Collectivement appelées ofuda, ces images imprimées sur du papier peuvent aussi bien être fixées à une porte ou un pilier, être posées sur l’autel domestique dédié aux ancêtres ou celui pour les divinités, ou encore portées sur soi. Attestées depuis le Moyen Âge, ces ofuda sont produites par les établissements religieux à l’intention des pèlerins et des visiteurs qui, contre une somme modique, rapportent ainsi chez eux le substitut du personnage vénéré. Les images représentent en effet la substance de la divinité du lieu. Elles en content l’origine et l’histoire, et sont garantes de son efficacité. À travers ces figures de papier, c’est finalement tout le panthéon des saints et des dieux du Japon qui nous est rendu accessible en miniature.

Initié en 2001 pour permettre de proposer au public et aux chercheurs les images de la collection d’ofuda de Bernard Frank, ce projet a été porté grâce aux efforts continus de Josef Kyburz, Sekiko Matsuzaki-Petitmengin, et Jean-Noël Robert, et avec le soutien de Junko Frank. L’université Kokugakuin (https://www.kokugakuin.ac.jp/) a joué un rôle essentiel, en dépêchant des experts qui ont procédé à l’identification et aux premières photographies des pièces.

La collection Bernard Frank

Le regretté Bernard Frank (1927-1996), ancien titulaire de la chaire de civilisation japonaise du Collège de France, a longuement étudié le bouddhisme japonais, à travers sa littérature et son iconographie. À son arrivée au Japon en 1954, il fut “frappé par la façon dont y coexistaient […] à la fois une multitude de cultes […] et en même temps, une grande doctrine de salut”. Voyant dans les images de divinités un moyen de mettre en évidence un “bouddhisme concert, intimement lié à la vie de chacun, qui résonne des bruits de la rue”, dont les fondements étaient néanmoins à chercher dans la doctrine elle-même, il entreprit de les collectionner. Cette collection de plus d’un millier de pièces, léguée par la famille de Bernard Frank au Collège de France, a ainsi été rassemblée pendant près de quarante ans à l’occasion de déplacements effectués dans tout le Japon.

Informations complémentaires

© Ofuda - 2019 - Mentions Légales 認可
Theming Juliette Ledermann